Actualité

LA PROTECTION DES ENFANTS AU BÉNIN : ÉTATS DES LIEUX ET RECOMMANDATIONS

Les enfants pour leur mieux être, méritent une protection absolue. Selon L’UNICEF, la protection de l’enfant fait référence à la prévention et à la lutte contre la violence, l’exploitation et les mauvais traitements infligés aux enfants y compris l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, la traite et le travail des enfants, et les pratiques traditionnelles préjudiciables, comme les mutilations génitales féminines, l’excision et le mariage des enfants.

Cette situation au Bénin a fait l’objet d’une étude. Selon le rapport de cette étude, la République du Bénin a enregistré des résultats significatifs dans le domaine de la protection des enfants. Les progrès enregistrés sont principalement le fruit des efforts déployés par l’Etat et de ses partenaires y compris de la société civile. L’environnement légal de la protection de l’enfant s’est amélioré en général. Le Code de procédure pénale a été révisé pour refléter davantage les problèmes des enfants. Dans le domaine de l’enregistrement des naissances, les progrès ont également été constatés. Le phénomène des mutilations génitales féminines serait aussi en régression au niveau national. En outre, des actions importantes ont aussi été réalisés dans la lutte contre le mariage des enfants avant l’âge de 15 ans chez les filles au niveau national grâce à la Campagne Tolérance Zéro au mariage des enfants (CTZ).

Malgré tous ces efforts, la situation générale des enfants ayant besoin de protection demeure très préoccupante. La prévalence des violences, le travail des enfants et l’abus faits aux enfants seraient en progression continue. D’après le dernier rapport de l’UNICEF, 1036 sites de prostitution ont été enregistrés à Cotonou contre 40 sites à Malanville impliquant les enfants de 12 à 17 ans. De la même source, 91% des enfants ont affirmé avoir subi une forme de violences. A cet effet, de nombreux défis restent à relever. Ainsi, les organisations d’oeuvres sociales et humanitaires doivent mener des actions comme la vulgarisation des lois protégeant les enfants ainsi que les instruments internationaux ratifiés par le Bénin dans ce cadre, la sensibilisation des parents pour le retrait des certificats de naissance, la réinsertion des enfants avec l’implication de l’association des artisans du milieu, la création des activités génératrices de revenus pour renforcer la résilience des ménages et de leur enfants, plaidoyer pour la mise en oeuvre des différents projets gouvernementaux allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations. De pareilles actions sont synonymes de garantie d’un meilleur avenir pour les enfants, surtout ceux issus des couches défavorisées.

Wilfried AGOUNDJEKPO/DP

Partager cette publication

Comment (1)

  • 1011art Répondre

    En contribution à votre article : plasticienne engagée, j’ai réalisé une oeuvre sur le sujet des mutilations sexuelles intitulée « Infibulation », que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. Le dialogue fut incroyable avec des élèves qui découvraient cette pratique barbare.
    Quand l’art permet de parler directement des MGF et d’ouvrir le débat.

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/blog-page.html

    Mais aussi une oeuvre plus pudique intitulée « Noli me tangere » sur l’inviolabilité du corps de la femme : https://1011-art.blogspot.fr/p/noli-me-tangere.html

    juillet 10, 2019 à 3:20 pm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.